Sabotage informatique


Le sabotage informatique peut se définir comme du vandalisme informatique. A la différence de la fraude informatique, le sabotage informatique n'a pas nécessairement pour but l'enrichissement : modifier des données sans autorisation constitue déjà, en soi, un délit. Dès lors, on parle de sabotage informatique lorsque quelqu'un met délibérément un virus en circulation mais aussi lorsque quelqu'un détruit les données clients d'un concurrent même sans en tirer d'avantage financier.

La conception et la diffusion d’outils de sabotage de données sont également punissables. Le législateur vise ainsi principalement les concepteurs de virus qui développent ou diffusent des programmes préjudiciables.

"Hoax"

"Hoax" est l’équivalent anglais de canular. Dans le contexte informatique, il désigne une information fausse ou invérifiable propagée sur Internet par e-mail. Il peut, par exemple, s'agir d'une fausse alerte au virus, de lettres en chaînes ou de messages vous annonçant que vous avez gagné le gros lot ...

Le principe est très simple : quelqu'un envoie un "hoax" à quelques personnes. Celles-ci transmettent ce message à leurs contacts, qui à leur tour le transmettent, etc. Le message se propage ainsi toujours plus loin. Les "hoaxes" envoyés massivement peuvent considérablement surcharger le réseau Internet. De plus, ils semblent avoir la vie dure : ils peuvent faire plusieurs fois le tour du monde, disparaître et après quelques années, soudainement resurgir.

Pour plus d'information sur les "hoaxes", consultez le site de la police fédéraleLien externe.

Virus

Il est interdit en Belgique de détruire ou d'endommager intentionnellement des programmes informatiques et des données informatiques en propageant des virus, même quand il n'y a pas de dommages permanents.

Il est d'ailleurs possible de propager un virus sans s'en apercevoir.

Harcèlement obsessionnel

Un harceleur est quelqu'un qui, de manière systématique, importune une autre personne, en général en raison d'une admiration obsessionnelle ou par vengeance. Les harceleurs qui se servent d'un ordinateur peuvent, par exemple, envoyer des e-mails menaçants ou envahir la boîte de messagerie de leur victime par une surabondance de messages. Il s'agit souvent de messages au contenu indésirable comme des photos pornographiques, des virus ou des chevaux de Troie. Parfois la victime est constamment importunée par des personnes qui réagissent à une fausse annonce.

Justice

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ?