Vous êtes ici

Baerle-Duc

Baerle-Duc, une commune aux allures de puzzle

Baerle-Duc compte environ 2 300 habitants et forme, avec la commune néerlandaise de Baarle-Nassau, le village de Baarle. Elle se situe dans le triangle formé par Tilburg, Turnhout et Breda, à une centaine de kilomètres de Bruxelles et d’Amsterdam. La commune composée d’enclaves se loge au cœur de la Campine, à la frontière entre la province belge d’Anvers et la province néerlandaise du Brabant septentrional.

Un véritable patchwork

Il y a fort à parier que Baerle-Duc et Baarle-Nassau forment, ensemble, le village le plus singulier à travers le monde. Il n’est pas scindé en deux mais se compose d’un enchevêtrement d’une trentaine de lopins de terre néerlandais et belges. C’est pour cette raison que la "règle de la porte d’entrée" est en vigueur à Baarle : l’emplacement de la porte d’entrée détermine, en effet, la commune dans laquelle sont inscrits les habitants des maisons et le pays qui leur fournira des services d’utilité publique (téléphone et électricité).

Les trente enclaves sont le symbole par excellence de Baerle-Duc et Baarle-Nassau. La frontière traverse, pêle-mêle, le centre du village et se matérialise, ça et là, par des punaises sur la route et des dalles sur les trottoirs. Les frontières des enclaves n’épargnent ni les habitations ni les entreprises. Une maison à Loveren présente l’une des façades les plus particulières à ce titre. Cette habitation porte deux numéros car sa porte d’entrée est traversée de part en part par la frontière.

Un choc des cultures

Le patchwork géographique se reflète également sur les plans socioculturel, économique et administratif. Chaque année, les deux Baarle organisent l’événement dénommé "Grensincidenten", à l’initiative de la province d’Anvers. Cet étonnant choc des cultures se déroule le troisième week-end d’octobre. Flamands et Néerlandais s’affrontent lors de véritables joutes oratoires. Chanteurs, philosophes, auteurs et journalistes se lancent, sans limite, dans des débats et performances. En jetant un coup d’œil de l’autre côté de la frontière, chacun apprend à dépasser les histoires belgo-belges, les caricatures réciproques et les clichés tenaces.

Tout en double

Le territoire de Baerle-Duc abrite l’église Saint-Rémy. Jusqu’au 19e siècle, cette église paroissiale rassemblait les habitants des deux Baarle. Aujourd’hui, les deux villages disposent chacun de leur propre église. En outre, l’on trouve également deux maisons communales, deux casernes de pompiers, deux services de police et des infrastructures d’électricité et de téléphonie en double.

Le kiosque en verre situé près de l’église renferme une maquette interactive de Baarle. Le centre de Baarle y est représenté à l’échelle, dans son intégralité avec ses magasins et ses habitations. En appuyant sur un bouton, certaines parcelles néerlandaises s’enfoncent pour donner, de manière ludique, une image du véritable patchwork géographique et des caprices du tracé de la frontière.

La "Heemhuis" et le musée des cierges

A Baerle-Duc, se trouve également la "heemshuis", monument protégé depuis 1994. De 1877 à 1987, cette bâtisse a accueilli la maison communale. Depuis 1989, le cercle "Heemkundekring Amalia van Solms" y tient ses quartiers.

Vous trouverez également, en plein cœur de la commune belgo-néerlandaise, le « kathedrale kaarsenmuseum ». Ce musée rassemble une collection unique de cierges sculptés, fabriqués en cire d’abeille pure. Ils sont l’œuvre de Frits Spies qui a sculpté ces cierges exclusivement à la main. En tout, sont exposées une soixantaine de réalisations des plus impressionnantes aux plus réduites.

Baarle-Hertog: grens Baarle-Hertog: grenspaal aan de kerk  Baarle-Hertog: Huis op Loveren Baarle-Hertog: heemhuis

Adresse

Kerkstraat 11
2387 BAARLE-HERTOG
Téléphone: 
014 69 80 70