Vous êtes ici

Partis politiques

CD&V - Christen-Democratisch & Vlaams
cdH - centre démocrate Humaniste 
ECOLO - Écologistes confédérés pour l'Organisation de Luttes originales
Défi - Démocrate fédéraliste indépendant   
Groen! 
MR - Mouvement Réformateur
N-VA - Nieuw-Vlaamse Alliantie
Open Vld - Open Vlaamse liberalen en democraten
PP - Parti Populaire
PS - Parti socialiste
ptb - Parti du Travail de Belgique
SP.A - Socialistische Partij Anders
Vlaams Belang

Cette liste ne comporte que des partis politiques qui ont des élus au Parlement fédéral.

Les partis politiques sont un élément pour ainsi dire indispensable de la politique belge. Celui qui souhaite faire entendre sa voix en politique, doit dans la pratique rejoindre un parti politique existant ou fonder lui-même un parti.

La liste des partis politiques reprise ci-dessus se limite aux partis qui ont des élus au Parlement fédéral. Bien d'autres partis briguent évidemment les suffrages des électeurs.  Cette multitude de partis est entre autres due au fait qu'un certain nombre de partis, au départ unitaires, se sont progressivement scindés en des groupement francophones et néerlandophones. La plupart du temps, ces différents groupements poursuivent en grande partie les mêmes objectifs. C'est la raison pour laquelle on parle de familles politiques.

En Belgique, les grandes familles politiques sont traditionnellement les démocrates-chrétiens, les socialistes et les libéraux. Depuis le début des années 90, un parti nationaliste flamand a considérablement accru son succès auprès des électeurs. Parmi les petits partis, on compte les verts et un certain nombre de partis nationalistes. D'autres partis, comme le parti communiste, et des partis qui n'ont qu'un objectif, ne remportent que peu de voix dans notre pays. Par ailleurs, plusieurs petits partis ne sont actifs que sur le plan local ou régional.

Après 2000, le paysage politique a connu un certain nombre de changements remarquables. Certains partis ont ainsi opté pour un nouveau nom et un nouveau logo,  afin de moderniser leur look ou d'accentuer la rénovation de leur programme.

La formation de cartels est un autre phénomène qui a pris de l'importance : un grand parti s'est allié à un petit parti dans l'espoir d'obtenir plus de voix. En 2003, enfin, le seuil électoral de 5% a été introduit, ce qui pourrait bien faire diminuer le nombre de partis. Pour les nouveaux partis, ce seuil ne facilite en effet pas les choses en réduisant leurs chances de participer au scrutin.